Galitzine Loumpet Alexandra

Galitzine Loumpet Alexandra

Galitzine Loumpet Alexandra

Commentaires fermés sur Galitzine Loumpet Alexandra
Chercheuse associée au Centre d’Anthropologie Culturelle – Canthel, de l’Université Paris-Descartes-Sorbonne
loumpet.galitzine@gmail.com

Alexandra Galitzine Loumpet a obtenu un doctorat en archéologie et ethnologie à l’université de Paris I Panthéon Sorbonne et une habilitation à diriger les recherches à l’Inalco ( « L’altérité en ses objets : patrimoines, représentations, exils » – synthèse -, et « L’exil en ses objets : culture matérielle et représentations de l’expérience migratoire » – inédit). Enseignant-chercheur à l’Université de Yaoundé I (1995 – 2008), elle a également participé à la réalisation de divers projets de musées au Cameroun et d’expertises sur les collections camerounaises en Europe.

Depuis son retour en France, elle a enseigné dans différentes universités parisiennes, co-fondé en 2011 le programme Non-lieux de l’exil qu’elle dirige depuis 2016 ; élaboré et la co-coordonné deux ANR (EsCa, espaces de la culture chinoise en Afrique 2011-2015) et LIMINAL (2017-2020, en cours) qui traite des interactions linguistiques et  des médiations interculturelles en situation d’urgence migratoire, ainsi qu’à différents autres programmes de recherche.

Thématiques de recherche

Ses thématiques de recherche portent sur la culture matérielle, les représentations de l’altérité et les musées comme dispositifs politiques, sur le royaume Bamoun (Ouest Cameroun : circulation des objets et arène politique du patrimoine, écriture et dessins bamoun en contexte colonial et postcolonial). Depuis une dizaine d’années, elle travaille également sur l’expérience de l’exil, les constructions de la figure de l’exilé et des lieux de l’exil (camps, campements, frontières. L’ensemble de ses approches interroge les subjectivités de l’exil et face à l’exil, les imaginaires d’acteurs diversifiés. Elles sont ainsi traversées par la question de la trace du sujet dans l’espace public (objets, inscriptions murales) – sujets – ce qu’elle élabore comme une sémio-anthropologie de l’exil -, c’est-à-dire également par celle de leur place laissée ou conquise, hospitalière, résistante ou résiliente.

Les dispositifs et politiques patrimoniaux ont été principalement abordés au travers des requalifications d’objets et des tensions des « traductions » patrimoniales, qu’il s’agisse des mises en scène et en images (affiches, publicités, produits dérivés) des objets tangibles ou virtuels (« e-matériels ») ; du devenir postcolonial des collections africaines en Europe – la mise en conformité de la différence, un oxymore – ou encore, par opposition ou en miroir, dans les Etats africains. Plus récemment, son intérêt s’est étendu aux processus de patrimonialisation des objets de la migration. L’hypothèse d’un « exil » des objets africains en Occident l’a ainsi conduit à s’intéresser, depuis 2008, aux objets de l’exil, aux constructions des figures superposées du migrant/ de l’exilé, de l’étranger et de l’exotique, de même qu’aux imaginaires des campements et des paradigmes de la rencontre en situation de violence (par exemple autour de la « Jungle de Calais »). La métamorphose rapide, imprévisible, des objets de / dans la migration, perçus tour à tour ou conjointement comme des restes, des déchets ou des reliques, soulève d’intéressantes questions, notamment au travers de la constitution progressive et les modalités d’exposition d’un « patrimoine de la migration » spécifique (collectes lors des démantèlements), et dans les destins croisés des objets et des sujets en exil.

Elle a ainsi récemment commencé à interroger les représentations de l’exilé/du migrant au travers des notions d’adéquation aux mobiliers et objets des centres d’accueil et d’hébergement, de même qu’aux stratégies et tactiques d’adaptation des migrants aux situations d’extrême précarité et de violence des camps et campements informels des zones frontières (franco-britannique et franco-italienne).

objets –  patrimoines – altérités – expérience de l’exil – politiques de la trace – subjectivités – imaginaires

Enseignements

2017-2019. Chargée de cours, Université Paris Descartes : Méthodes de recherche en ethnologie (M2, 10h)

2015-2019. Chargée de cours, INALCO : L3 / M1/ M2 Notions de base en SHS, Langues, culture et sociétés, Patrimoine diasporique et tourisme interculturel, Introduction à la muséographie , Patrimoines, musées et actions culturelles

2011-2013. Chargée de cours, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne « Musées extra-européens » M2 – Master Recherche Histoire et politique des musées et du patrimoine, INHA.

1990 -2008. Chargée de cours / maître de conférence, Université de Yaoundé

 

Direction/ coordination de programmes de recherche nationaux et internationaux

Novembre 2017-Novembre 2020. (avec M.C. Saglio Yatzimirsky) co-coordinatrice ANR LIMINAL « Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations » Inalco

Mars 2016-mars 2018. co-responsable (avec Peter Stockinger) du programme MIGROBJETS Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public.

Depuis janvier 2016. directrice du programme Non-lieux de l’exil

2011-2016. co-directrice (avec Alexis Nouss) puis directrice depuis janvier 2016) du programme de recherche NON-LIEUX DE L’EXIL (FMSH puis EHESS)

2011-2015. élaboration et Coordination scientifique du programme ANR-11-BSH16001 « Espaces de la culture chinoise en Afrique (EsCA)

1991-2001. co-responsable (avec G. Loumpet) de l’équipe pluridisciplinaire de mise en place de la recherche et du programme scientifique du projet du Musée National du Cameroun, Ministère de la Culture, Yaoundé.

 

Formation

2018. Habilitation à diriger des recherches (Inalco)

1994. Doctorat des universités (Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire), Paris I Panthéon-Sorbonne

1987. D.E.A. de Préhistoire, Ethnologie, Paris I Panthéon-Sorbonne

1986. Maîtrise d’Histoire de l’Art et Archéologie, Paris I Panthéon-Sorbonne

1985. Licence d’Histoire de l’Art et Archéologie, Paris I Panthéon-Sorbonne

1983. DEUG d’Histoire Option archéologie, Paris I Panthéon-Sorbonne

Publications

Ouvrages

2020, Ouvrage collectif (coordination) : Ecritures exilées. Corpus des inscriptions de migrants / Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle, ANR LIMINAL

Parution 2019, Ouvrage collectif (coord. avec C. Alexandre-Garner) – « L’objet de la migration, le sujet de l’exil »  (dir., coll. Chemins croisés, Presses Universitaires de Paris-Ouest,

2006, Njoya et le royaume bamoun, Les archives de la Société des Missions Evangéliques de Paris (1917-1937), Paris, Karthala, 580 p.

 

Numéros de revue dirigés

Déc. 2018, « Subjectivités de l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs» hors-série du Journal des Anthropologues, (avec. M.C. Saglio Yatzimirsky)

Déc. 2011, « Archéologie(s) en situation coloniale. 1. Paradigmes et situations comparées », Les nouvelles de l’archéologie n°126, Ed. Maison des sciences de l’Homme / Errances, 64 p. (avec S. Gorshenina & Cl. Rapin)

Juin 2012, « Archéologie(s) en situation coloniale, 2. Acteurs, institutions, devenirs », Les nouvelles de l’archéologie n°128, Ed. Maison des sciences de l’Homme / Errances, 64 p. (avec S. Gorshenina & Cl. Rapin)

 

Articles parus dans des revues avec comité de lecture

Déc. 2018. « Le « Livre de la jungle de Calais » : imaginaires et désubjectivations », Subjectivités face à l’exil, Hors série, Journal des Anthropologues, dec. 2018, pp.99-127

2016. « Reconsidering Patrimonialization in the Bamun Kingdom : Heritage, Images and Politics from 1906 to the present », in Art and Patrimony in the Cameroon Grassfields, African Arts, UCLA Summer 2016 : 68-81

2013. « E-materiel : De la virtualisation du patrimoine au musée-signe. Exemples du Cameroun et du Gabon » Ethnologies, Université de Laval, Volume 35, Numéro 2, 2013, p. 77–100

2013. « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper de la FMSH sur HAL-SHS (10 p.) http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00862480, série Étudier l’exil, Collège d’Études mondiales

2012. “ An Unattainable Consensus? National Museums and Great Narratives in French-speaking Africa”, Great Narratives of the Past Traditions and Revisions in National Museums: Conference Proceedings from EuNaMus, European National Museums: Identity Politics, the Uses of the Past and the European Citizen, Paris 28 June – 1 July & 25–26 November 2011 pp. 617-634

2011. «Représenter son espace-monde : La cartographie du roi Njoya (Royaume Bamoun, Ouest Cameroun) », in Hirribarren V.& Seignobos R. (eds), Cartographier l’Afrique, Construction, transmission et circulation des savoirs géographiques du Moyen-Age au XIXe siècle, Cartes & Géomatique, Revue du Comité français de cartographie, n°210, Paris, décembre 2011, pp. 185-198

2011. « Islam bâtard » ou religion refuge ? La mission protestante française face à l’Islam bamoun (Ouest Cameroun) » L’Islam des marges : mission chrétienne et espaces périphériques du monde musulman, XVIe-XXe siècles, sous la direction de B. Heyberger et R. Madinier, IISMM – Karthala, pp. 267-285

2009. « Les Paradigmes du déplacement » Terroirs, Revue africaine de Sciences Sociales Yaoundé (Dir F. Eboussi Boulaga), pp.25-36

2009. «Displaced objects, Objects in Exile ? Changing virtues of Cameroon’s Grassfield objects in the West » Proceedings of Crossing Cultures, Conflicts, Migration and Convergence, 32nd Congress of International Committee on History of Art, Melbourne University Press (Australia), pp.621-624

2007. « Objets en exil : les temporalités parallèles du trône du roi Njoya (Ouest Cameroun) », e-actes du colloque Temporalités de l’exil, 2008, Université de Montréal (2008), 15 p.

2007. « L’art postcolonial est-il toujours primitif ? réflexions autour d’ Africa remix », Terroirs 3/4, Revue africaine de Sciences Sociales Yaoundé (Dir F. Eboussi Boulaga), pp. 61-70 / HAL https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00594231

2006. « De l’Iconographie à l’écriture, première analyse du système graphique Bamoun » Annales de la Faculté des Arts, Lettres & Sciences Humaines, Université de Yaoundé, pp.123-137

 

Chapitres d’ouvrages

2018. « Eole est mort. Entremises mémorielles et empreintes symboliques des campements d’exilés », Après les camps. Traces, mémoire et mutations des camps de réfugiés, Jean-Frédéric de Hasque & Clara Lecaded (eds) Editions Academia-Université Catholique de Louvain, 2018, 15 p. sous presse

2016. « Habiter l’exil ; le corps, la situation, la place », ouvrage collectif Décamper, de Lampedusa à Calais, ed. La Découverte, pp. 116-129

2014. “Exil (Objets)”, Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter LanG eds. pp.188-202

2013. « L’embarras patrimonial. Mémoires croisées Galitzine / Pouchkine dans l’oussad’ba Viaziomy (Moscou) », dans Architecture et patrimoine dans les Etats post-soviétiques, sous la dir. de Taline Ter Minassian, Presses Universitaires de Rennes, collection Art & Société (J.Y. Andrieux), pp. 115-141

2011. « The Bekom Mask and the White Star: The fate of Others’ objects at the Musée du quai Branly (Paris)” in S. Byrne, A. Clarke, R. Harrison and R. Torrence (eds) Unpacking the Collection: Museums, Identity and Agency, One World Archeological Series, Springler, USA , pp. 141-164

2001. « Ibrahim Njoya, maitre du dessin bamoun », Anthologie de l’art africain au XXème siècle, sous la dir. de Jean Loup Pivin et N’Goné Fall, Pascal Martin Saint Leon La Revue noire ed., 408 p. Version anglaise « Ibrahim Njoya, master of Bamun drawings », An Anthology of African art : the twentieth century / edited by N’Gone Fall and Jean Loup Pivin

1997. « Art rupestre du Cameroun, état des connaissances et perspectives méthodologiques ». In Delneuf, Essomba et Froment (eds), Paléanthropologie de l’Afrique centrale, un bilan de l’archéologie au Cameroun, Karthala, pp. 285-292

 

Catalogues d’exposition et quelques autres

2018. « [Under-defined] – ce qui échappe », texte du catalogue de l’exposition [To be defined], Valetta 2018 / RIMA Programme (en version bilingue français / anglais, résumé en maltais) EDE Books, Malta, pp. 59_73

2017. « L’exil, cette discontinuité dans l’être. A propos du programme Non-lieux de l’exil », La Vague culturelle / Elmawja.

2017. « Ecriture et iconographie bamouns », Catalogue de l’exposition Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar, Institut du monde arabe (14 avril-30 juillet 2017), SilvanaEditoriale pp.156-157

Nov. 2017. texte « Ecriture et iconographie Bamouns » Catalogue de l’exposition Islams africains, Institut du monde arabe.

2016. « De la solitude dans la communauté de l’exil : expériences de Calais », Quand la violence isole, Mémoires 68, déc. 2016, Centre Primo Levi, pp.12-13

2015.The Material Culture of Displacement : from the Artefact to the Imaginary Musem, Draft 1, People and things in the Move, international conference, Neubaeur Collegium, University of Chicago (23 mai 2015), 25 p.

2013-2014.Textes des cartels et de l’e-meg – Collections Bamoun, nouvelle exposition du Musée d’Ethnographie de Genève

Oct. 2009.« Exil/Dignité » Mémoires d’exil, Première exposition du Projet « Objet de l’exil / Objets en Exil » Archives Protestantes Defap-Société Protestante de Missions, http://www.defap-bibliotheque.fr/fr/website/Memoires-d-exils,13612.html

About the author:

Logo Université Paris Descartes
Centre d'anthropologie culturelle
EA 4545 | CANTHEL
45 rue des Saints-Pères
75270 Paris cedex 06

Back to Top