Manganelli Marie

Manganelli  Marie

Manganelli Marie

Commentaires fermés sur Manganelli Marie
Doctorante contractuelle en Ethnologie à l’URMIS, Université de Paris.
Doctorante associée du CANTHEL.
marie.manganelli@gmail.com
Marie Manganelli est doctorante contractuelle en Ethnologie à l’URMIS au sein de l’Université de Paris, et membre associée du CANTHEL. Sous la direction de Valérie Robin Azevedo (URMIS) et de Serena Bindi (CANTHEL), elle a débuté une thèse en 2016 qui a pour titre (provisoire) « Une anthropologie des expériences de mères d’enfants autistes à Bangalore, Inde du sud : la construction sociale d’une catégorie biomédicale ».
Sa recherche doctorale porte sur les parcours de mères dont l’enfant a été diagnostiqué avec un trouble du spectre autistique à Bangalore, métropole du sud de l’Inde. Pôle pour la santé mentale et le handicap en Inde et en Asie du Sud, Bangalore attire des familles issues de milieux sociaux et d’origines géographiques variés. En se penchant sur la question des expériences des familles touchées par l’autisme à Bangalore, un travail de terrain de longue haleine (mené entre 2017 et 2020) l’a conduite à s’intéresser plus particulièrement aux rôles et aux vécus des mères dans le processus de construction sociale de la catégorie biomédicale : au cœur des discours et des pratiques des professionnels de la santé, elles apparaissent comme centrales dans le « deuil » de l’enfant rêvé, le « care » de l’enfant autiste, et dans l’idée d’une pérennisation des soins à l’intérieur d’un système de santé désorganisé.
Ainsi, en plus de questionner le contexte de l’autisme à Bangalore, sa thèse vise à comprendre par un cadre méthodologique phénoménologique et herméneutique les façons singulières dont la catégorie de l’autisme prend forme au niveau social, tant sur le plan des multiples réaménagements symboliques et représentationnels autour de l’enfant que des apprentissages de savoir-être et savoir-faire maternels. De plus, les couleurs spirituelles et religieuses portées par l’autisme en Inde sont interrogées, et notamment leur rôle dans le processus de deuil. En outre, l’arrivée de la catégorie de l’autisme semble aussi permettre l’émergence de reconfigurations relationnelles et identitaires chez les mères, au sein d’une classe moyenne indienne anglophone.

Autisme – expérience – urbanité – pluralisme thérapeutique – Inde du Sud

Formation

Depuis 2016.  Thèse en préparation à l’Université de Paris, sous la direction de Valérie Robin Azevedo (URMIS) et de Serena Bindi (CANTHEL). Titre provisoire : « Une anthropologie des expériences de mères d’enfants autistes à Bangalore, Inde du sud : la construction sociale d’une catégorie biomédicale »

2016. Master de Sciences Sociales – Mention Ethnologie (parcours recherche), Paris Descartes (mention TB).

2013. Licence en Anthropologie, Université de Montréal, Canada (mention TB).

Communications :

2017. « La pratique de la musicothérapie au sein d’établissements pour personnes atteintes du trouble du spectre autistique (TSA) : entre ritualité, enjeux de pouvoirs, et réaménagements subjectifs.», lors du colloque international du CANTHEL « Reconfigurations contemporaines des relations entre religion et médecine : compétition, articulation, cohabitation.», organisé par Serena Bindi, 21 juin 2017.

Organisation de rencontres scientifiques :

4-5 octobre 2018. Membre du comité d’organisation de la Biennale d’ethnographie (EHESS).

4-5 octobre 2018. Co-créatrice de l’atelier « Une ethnographie des sens en contexte de soins pluriels », aux côtés de Laura Bellenchombre (Université de Rouen) et d’Élise Nédélec (Université de Bordeaux), avec Marie-Luce Gélard pour discutante, Biennale d’Ethnographie de l’EHESS.

Collaborations scientifiques :

2020-2024. Membre de l’ANR Phantasies : « Fantômes ou fantasmes ? L’expérience du deuil dans un paysage thérapeutique en mutation », coordonné par Serena Bindi.

Financements de la recherche obtenus :

2020-2024. Bénéficiaire de financements au titre de membre de l’ANR Phantasies : « Fantômes ou fantasmes ? L’expérience du deuil dans un paysage thérapeutique en mutation », coordonné par Serena Bindi.

2018 : Bénéficiaire de la BDMU (bourse doctorale d’aide à la mobilité) de Paris Descartes.

2016-2019 : Allocataire de recherche, contrat doctoral du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Paris Descartes.

Découvrez les photos prises par Marie Manganelli sur son terrain

About the author:

Logo Université de Paris
Centre d'anthropologie culturelle
EA 4545 | CANTHEL
45 rue des Saints-Pères
75270 Paris cedex 06

Back to Top