24 & 25 mai : « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques »

24 & 25 mai : « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques »

24 & 25 mai : « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques »

Aucun commentaire sur 24 & 25 mai : « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques »

Saskia Cousin, enseignant-chercheur membre permanent du CANTHEL et responsable du master Anthropologie et Ethnologie de la Faculté de Sciences Humaines et Sociales Paris Descartes, présentera le programme Migrantour lors du :

Colloque international « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques »

Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018

Musée du quai Branly – Jacques Chirac | 37 Quai Branly 75007 Paris | Salle de cinéma

français et anglais avec traduction simultanée

Depuis un siècle, les anthropologues ont tenu à se distinguer des touristes en opposant la production d’un savoir scientifique sur les cultures à l’expérience sensorielle de l’exotisme. Pourtant, depuis une trentaine d’années, le tourisme s’est professionnalisé en reprenant des catégories anthropologiques pour construire une distance culturelle et susciter le désir de la franchir, tandis que les populations visitées par les touristes ont elles-mêmes participé à leur « mise en culture ». Dans ces nouvelles conditions de brouillage des frontières spatiales produites par la mondialisation, où de nouveaux acteurs entrent dans le champ grandissant du tourisme,  les anthropologues sont sollicités par les professionnels du tourisme pour produire de la distance culturelle, tout en observant les rencontres avec les populations qui s’y engagent.

Quelles formes de distance, de malentendu et de résistance émergent dans ces interactions entre groupes autochtones, professionnels du tourisme et anthropologues ? Comment peuvent-elles définir de nouveaux terrains pour l’enquête anthropologique ? Et en quoi les nouvelles façons de faire de l’anthropologie peuvent-elles fournir de nouveaux sites à explorer pour les professionnels du tourisme ? Quels bénéfices les groupes autochtones peuvent-ils enfin tirer de cette nouvelle configuration ?

Ce colloque, organisé à l’occasion de l’exposition « Le Magasin des petits explorateurs », vise à faire dialoguer anthropologues, professionnels du tourisme et représentants des groupes autochtones ainsi que des artistes contemporains autour des  sites actuels de rencontre de l’exotisme. Les technologies du numérique redéfinissent la contribution des groupes autochtones aux festivals et aux spectacles télévisés. Les musées, les quartiers multiculturels des villes et les parcs à thème deviennent des lieux de découverte du lointain dans le proche. La circulation des objets sur le marché de l’art conduit les groupes autochtones à produire des œuvres pour les touristes tout en veillant à leurs droits de propriété intellectuelle.

Il s’agira ainsi de voir comment les productions touristiques contribuent à fabriquer des formes et des valeurs culturelles dans un contexte de mondialisation marchande, où la rencontre sensorielle est valorisée autant, voire plus, que le savoir sur la diversité humaine. Cette tension peut en effet être considérée comme interne à une anthropologie du tourisme qui étudie à la fois la construction des cultures et les interactions entre les individus sur des terrains nouveaux et diversifiés.

Télécharger le programme complet

Plus d’informations sur le site du Musée du Quai Branly

About the author:

Logo Université Paris Descartes
Centre d'anthropologie culturelle
EA 4545 | CANTHEL
45 rue des Saints-Pères
75270 Paris cedex 06

Back to Top