Retour sur le projet international de Formation et Coopération Pédagogique USPC-CIN (France-Argentine)

Retour sur le projet international de Formation et Coopération Pédagogique USPC-CIN (France-Argentine)

Retour sur le projet international de Formation et Coopération Pédagogique USPC-CIN (France-Argentine)

Aucun commentaire sur Retour sur le projet international de Formation et Coopération Pédagogique USPC-CIN (France-Argentine)

Dans le cadre du projet international de Formation et Coopération Pédagogique USPC-CIN (France-Argentine) le laboratoire d’Anthropologie culturelle – CANTHEL Université Paris Descartes, revivez les deux sessions d’interventions qui se sont déroulées en octobre et en novembre 2016.

Interventions d'octobre 2016

présentées par PhD Gabriela Irrazábal, chercheuse au Ceil-CONICET et enseignante à l’Université Arturo Jauretche (Argentine).

Dans le cadre de cette recherche, G. Irrazábal tente, à partir de l’analyse de la formation des experts en bio-éthique personnaliste issus du catholicisme, d’expliciter les modes d’intervention publique des groupes religieux dans la société argentine contemporaine. Les événements qui sont mentionnés dans le cadre de cette investigation mettent en évidence le caractère politique de la bio- éthique (laïque ou religieuse), dans la mesure où elle s’affirme comme une autorité par rapport aux décisions sur la vie et la mort des individus. Au niveau méthodologique, la présente étude s’inscrit dans le cadre du paradigme interprétatif des traditions qualitatives, en combinant différentes stratégies de recherche : entretiens, ethnographie, entretiens en profondeur et analyse de documents.

Depuis la fin des années 1960, la bioéthique a émergé comme une discipline pour répondre à des nouveaux dilemmes posés par le progrès de la science et de la bio-médicine. Actuellement la bioéthique est définie dans le milieu académique comme un domaine scientifique et laïque. Cependant, les différentes perspectives théologiques jouent un rôle clé dans l’augmentation de la bioéthique en tant que discipline, et le catholicisme romain en particulier, a eu un rôle déterminant. L’objectif de ce cours est d’analyser les liens entre la bioéthique et le catholicisme dans l’exercice de l’expertise dans les politiques du vivant.

La relation entre la bioéthique et le catholicisme est caractérisée par une influence réciproque, et il est essentiel de comprendre les origines de leur convergence pour comprendre le tour religieux dans la politique contemporaine du vivant.

Au cours des derniers années, avec les avancés scientifiques et technologiques, sont apparues de nouvelles possibilités d’interventions dans le domaine de la procréation, de la reproduction et la fin de vie.
Le maintien des fonctions vitales et l’assistance technique pour la reproduction, d’usage fréquent depuis les années 1970, parallèlement à la transplantation et la plus récente édition du code génétique, ont provoqués d’importants débat publics à l’échelle transnationale. Les gouvernements, de même que les organismes internationaux ont établis des commissions d’experts pour débattre des problèmes éthiques que posent les avancées technologiques liées au corps humain. Dans le cadre de ces débats publics, les acteurs religieux ont eu un rôle prépondérant.

Ce workshop nous donnera l’occasion d’étudier deux processus : d’une part, les stratégies institutionnelles des interventions publiques sur les questions bio- éthiques ; d’autre part, la création d’espaces alternatifs et la recherche d’alternatives à la biotechnologie dans le cadre de la foi.

Interventions de novembre 2016

présentées par PhD Marcos Carbonelli, chercheur au Ceil-CONICET et enseignant à l’Université Nationale Arturo Jauretche (Argentine).

Galerie

About the author:

Logo Université Paris Descartes
Centre d'anthropologie culturelle
EA 4545 | CANTHEL
45 rue des Saints-Pères
75270 Paris cedex 06

Back to Top